cocaJe ne peux pas me plaindre ... Franchement, je suis plutôt heureuse... J'ai deux filles adorables comme je vous le racontais à la fin de ce post . J'ai un Bob qui m'aime malgré tous mes défauts (ce qui est, à la réflexion, probablement fastoche). A trente ans passés, j'aime encore tous les membres de ma famille proche (Papakejem et Mamankejem,Tonton le tueur, Bénibouftou et la moitié des Dalton) et même certains membres de ma famille plus éloignée (enfin pas tous quand même ...). J'ai des amis fidèles, rigolos et toujours prêts à boire un coup. Et même, j'aime bien mon travail !!! Pour tout vous dire, ma vie est tellement confortable qu'il m'arrive (souvent) de déplocrer le malheur de personnes qui me sont complètement étrangères (par exemple, dans Friends, quand Ross couche avec la fille de la boutique de photocopie ou alors quand le gars de la pub pour les céréales croit que sa femme le trompe ... "mais non, elle parle juste des céréales" que je crie à la télé ... après Bob me donne mes pilules et je m'endors).
Enfin bref ... ça va bien merci ...
Je n'ai pas été abandonnée enfant dans un orphelinat sordide, je n'ai jamais fait de prison pour un crime que je n'avais pas commis, je n'ai jamais écouté en entier un album de Michel Sardou. Je ne suis pas torturée par des questions existentielles et je réalise que ce n'est pas très vendeur ... donc je vais faire un effort.
Je vais vous faire un aveu, un truc qui me mine, qui chaque jour me pourrit un peu plus l'existence : je n'aime pas le café, je trouve ça franchement dégueu. Et mon problème, c'est que j'ai l'impression de passer à côté d'un truc hyper-cool !! Les gens partagent un moment de convivialité autour de ce breuvage immonde et ça m'a tout l'air d'être génial et moi je ne peux même pas profiter de la magie de cette petite chose qui nous rassemble avec un gars qui joue de la musique avec des petites cuillers Aggghhrtttrrrrr tant de malheur ...
Enfin bref ...
Mon pourvoyeur officiel de caféine c'est le Coca, j'adore ça, j'en boirais des litres, et d'ailleurs en période de stress professionnel c'est le cas.
Mais à la différence du café, ça ne crée pas de liens entre les gens le Coca. Avec le coca, pas de Noir sympa qui joue des petites cuillers.
Au restau, à la fin du repas, je suis la seule à commander un coca au garçon.
Mais le pire, enfin le plus exaspérant, ce sont les remarques que boire du Coca attire.

  • Déjà, depuis quelques années, boire du coca est un acte PO-LI-TI-QUE, et oui madame ! Boire du Coca, c'est pareil que demander à Georges Bush d'être le parrain du petit, accrocher la bannière étoilée dans le jardin et surtout vouloir l'intervention de la France en Irak,
  • Et puis boire du Coca c'est mauvais pour la santé ... Savez-vous que "si vous mettez un bout de viande de un verre de Coca, il va se désagréger en quelques jours " et aussi que "le coca est tellement acide qu'il peut transpercer la paroi de l'estomac" ? hein ? contrairement au jus d'orange, au vinaigre, au café, etc.
  • il y aussi : "comment tu peux boire ça ?" qui donne l'impression à quiconque surprendrait la discussion qu'on est en train de boire de l'urine de chat ou du jus de poubelle. Deux réponses possibles en fonction de la personne avec qui j'ai cette conversation :
    • la soft : "La théorie est un peu compliqué, ça fait fonctionner les muscles stylo-pharingiens, milo-hyoïdiens et digastriques mais en pratique c'est très facile. En fait, la méthode n'est pas différente de la déglutition de l'eau gazeuse par exemple."
    • la hard : "j'en bois parce que j'aime ça et je t'emmerde", très efficace et a priori ça permets d'éviter les remarques ultérieures,
  • et "toi qui aime tant les bonnes choses, la gastronomie, le bon vin ?" :
    • la soft : "je suis pleine de contradictions, mais n'est-ce pas cela qui fait mon charme, hein, hein ?"
    • la hard : ouais, j'aime bien les bonnes choses mais je n'aime pas les cons alors tu dégages !"

Non mais c'est vrai quoi.

Le Coca tout le monde trouve ça ignoble mais il s'en boit quand même 45 litres par an et par personne en France !

C'est le syndrome Céline Dion (ça marche aussi avec MacDo, Johnny Haliday, la télé, la viande achetée au supermarché, Windows).